Blogues et publications papier : le va-et-vient

Le dernier numéro de la Revue de droit de l’université de Sherbrooke (vol.45, numéro 3) vient de paraître avec une chronique du professeur Maxime St-Hilaire intitulée « Affaire de la nomination du juge Mainville à la Cour d’appel du Québec : une concession et trois critiques ».

Cette parution fournit une belle occasion de rappeler le lien de complémentarité entre les publications juridiques traditionnelles et les blogues juridiques. En effet, la chronique de Maxime St-Hilaire est tirée du billet qu’il avait publié à titre d’invité sur le blogue Double Aspect de Léonid Sirota, billet ici enrichi des principaux arguments échangés entre les deux auteurs sur le blogue, en particulier dans les commentaires de leurs billets respectifs. En réalité, c’est sur cette discussion que s’était, non pas achevée mais plutôt interrompue une controverse (décrite ici, p. 21) qui se déployait sur Double Aspect depuis l’été 2014 au sujet de la constitutionnalité de la nomination du juge Mainville, et en particulier au sujet de l’interprétation à donner à l’article 98 de la Loi constitutionnelle de 1867. La discussion avait donc débuté avant que la Cour d’appel du Québec rende son avis sur la question en décembre 2014 et elle s’était poursuivie après que la Cour suprême ait rendu son jugement en avril 2015.

Dans sa chronique à la RDUS, Maxime St-Hilaire a entièrement conservé le style caractéristique des billets de blogue : concision de l’exposé, rythme accéléré, usage du « je » qui renforce l’engagement de l’auteur et appuie le caractère argumentatif et critique du propos. La publication d’un billet de blogue en l’état est une occasion de faire mieux connaître le blogging juridique (ce que l’auteur avait d’ailleurs déjà contribué à faire en publiant un commentaire de l’arrêt Tsilhqot’in c. Colombie-Britannique composé en substance des 5 billets postés sur le blogue Double Aspect).

Or cette publication n’est pas sans rappeler l’initiative du Journal of Law de créer une rubrique intitulée : The Post : Good Scholarship from the Internet reproduisant une sélection des meilleurs billets de la blogosphère juridique américaine. Selon les critères exposés par Anna Ivey:

[…] we are looking for blog posts that pose an interesting question or make a novel observation worthy of longer-term notice. […] That means we are looking for the best of “bloggership,” but also for posts that do not necessarily aspire to become law review articles when they grow up ». L’objectif ultime de The Post ?  “[t]here’s a big, dynamic world of legal blogging out there, and through The Post, we hope to find and feature the best

Au-delà de ces exemples où les billets de blogues accèdent au statut (enviable ?) de publication par leur reproduction sur un support traditionnel, il existe en fait un véritable va-et-vient entre les travaux doctrinaux et les blogues juridiques qui se traduit en terme de complémentarité entre les deux genres de la littérature juridique : le genre traditionnel et le genre 2.0.

Voici quelques exemples qui illustrent ce va-et-vient.

1- Discussion sur un blogue des travaux publiés (ou en cours de publication) de l’auteur

Le va-et-vient se manifeste, par exemple, lorsqu’un juriste blogue au sujet d’un article qu’il vient de publier dans une revue universitaire. C’est le cas de Léonid Sirota, auteur de « “Third Parties” and Democracy 2.0 » (2015) 60:2 RD McGill 253, qui après la parution de ce texte l’a discuté sur son blogue Double Aspect, à travers quatre billets :  Third Parties” and Democracy 2.0, The Party’s Over, Free Speech et  Plus ça change…, parus entre le 4 et le 7 mai 2015. L’auteur a aussi publié un billet sur le blogue Options politiques dans lequel est brièvement discuté l’article avec un renvoi aux billets de son blogue pour une discussion plus détaillée. Il n’aura pas échappé aux lecteurs de Juris Blogging que la raison d’être de ce blogue (et ce billet tout particulièrement) est de fournir un complément et un prolongement de mes recherches sur la contribution des blogues juridiques à la connaissance du droit (qui tarde d’ailleurs à paraître à la Revue de droit de Mcgill).

Le va-et-vient peut aussi se matérialiser à travers un work in progress. Paul Daly, par exemple, a déjà utilisé son blogue pour présenter les idées qui devaient former le propos d’une future conférence, puis a publié un billet résumant l’article auquel cette communication devait donner lieu (voir les 4 billets suivants: Roundtable on Stare Decisis : Moncton, NB, Threats to Stare Decisis : The Clarity Problem, Threats to Stare Decisis : The Consistency Problem, Threats to Stare Decisis : The Coherence Problem et enfin l’annonce de la mis en ligne d’un projet d’article tiré de la conférence: The Principle of Stare Decisis in Canadian Administrative Law le texte de l’article auquel a donné lieu la conférence.

Dans de tels cas, le va-et-vient permet de faire connaître les travaux d’un même auteur (ceux du blogueur principal) tout en les rendant plus accessibles.

Cela dit, les blogues juridiques relaient aussi les publications d’autres auteurs.

2- Diffusion de la littérature juridique traditionnelle sur les blogues

Exemples pêle-mêle :

  • Recensions d’ouvrages:

Recension de Code civil du Québec, Annotations – Commentaires : une heureuse nouveauté pour la bibliothèque du civiliste québécois

How Judge Posner Thinks

Notes de lecture de Neutralité technologique par Gautrais

  • Signalement et/ou résumé de publications travaux de recherche publiés ou en prépublication :

St-Hilaire on Global Standards of Constitutional Law ou encore Sirota on Constitutional Conventions

 Giroux c Gauthier, 2016 QCCS 724 où on lit, à la note 10 du jugement :

David stratas, « The Canadian Law of Judicial Review : A Plea for Doctrinal Coherence and Consistency », SSRN, 17 février 2016, p. 9 et 21-22, en ligne : <http://ssrn.com/abstract=2733751> (site consulté le 23 février 2016). Le tribunal se doit de signaler qu’il a pu repérer rapidement cet article de doctrine grâce au blogue du professeur Paul Daly – http://www.administrativelawmatters.com

3 – Mise à jour d’une publication papier sur un blogue juridique

C’est le choix qu’a fait Craig Forcese, professeur à l’Université d’Ottawa, en dédiant son blogue à la mise à jour permanente de son ouvrage National Security Law

L’auteur explique :

This Blog will update material in National Security Law: Canadian Practice in International Context (Irwin Law, 2007).  Each entry is categorized by chapter, and cross-referenced to the appropriate page number in the book.  Occasionally, the entry will link to original documents.

C’est un exemple fort et original de la complémentarité des blogues et des publications traditionnelles.

Il existe sans doute d’autres exemples, ici et ailleurs. N’hésitez pas à me les communiquer pour enrichir ce tableau.

va-et-vient
Un va-et-vient

Une réflexion sur “Blogues et publications papier : le va-et-vient

Les commentaires sont fermés.